liens



image

 CONGES DE FORMATION ECONOMIQUE SOCIALE ET SYNDICALE

Accédez aux liens internes de cette rubrique :

>> CONGE FORMATION SYNDICALE - FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE


CONGE DE FORMATION SYNDICALE FONCTION PUBLIQUE ETAT
publié le 31 mars 2009

Décret n° 84-474 du 15 juin 1984 modifié relatif à l’attribution aux agents de l’Etat du congé pour la formation syndicale - (Version consolidée* au 11 novembre 2004) (JO Lois et décrets du 21 juin 1984 page 1910)

Modifié par :

Décret n° 2004-1193 du 9 novembre 2004, JORF du 11, page 19107.

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’économie, des finances et du budget et du secrétaire d’Etat après du Premier ministre, chargé de la fonction publique etdes réformes administratives,

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portants droits et obligations des fonctionnaires ;

Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat, et notamment ses articles 7, 34 et 35 ;

Vu l’article 2 de la loi n° 82-997 du 23 novembre 1982 relative à l’attribution aux agents de l’Etat du congé pour la formation syndical ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de la fonction publique en date du 11 octobre 1983 ;

Le Conseil d’Etat (section des finances) entendu,

Décrète :

Art. 1er. (Modifié par décret n° 2004-1193 du 9 novembre 2004, art. 1er) - Le congé pour formation syndicale prévu à l’article 34 (7°) de la loi du 11 janvier 1984 susvisée pour les fonctionnaires régis par ladite loi et à l’article 2 de la loi du 23 novembre 1982 susvisée pour les agents non titulaires de l’Etat ne peut être accordé que pour effectuer un stage ou suivre une session dans l’un des centres ou instituts qui figurent sur une liste arrêtée tous les trois ans par le ministre chargé de la fonction publique.

Art. 2. - Dans chaque administration centrale de l’Etat, dans chaque service extérieur en dépendant et dans chaque établissements public de l’Etat, l’effectif des agents visés à l’article 1er qui sont susceptibles de bénéficier du congé au cours d’une même année ne peut excéder 5 p. 100 de l’effectif réel de l’administration, du service ou de l’établissement dont il s’agit.

Dans la limite fixée à l’alinéa précédent, l’effectif des agents qui peuvent obtenir le congé pour participer à l’un des stages ou à l’une des sessions prévus dans une même année est déterminé en tenant compte de la représentativité des organisations syndicales responsables de ces stages et sessions. Cette représentativité est appréciée compte tenu du nombre de voix que lesdites organisations ont obtenues lors de la dernière élection des représentants du personnel aux commissions administratives paritaires ou, en cas d’impossibilité, du nombre de voix obtenues lors de la dernière consultation prévue au deuxième alinéa de l’article 11 du décret n° 82-452 du 28 mai 1982 relatif aux comités techniques paritaires.

Dans les services et établissements qui sont soumis au rythme de l’année scolaire, l’année de référence pour l’application des deux alinéas précédents est l’année scolaire.

Art. 3. - La demande de congé doit être faite par écrit au chef de service au moins un mois à l’avance. A défaut de réponse expresse au plus tard le quinzième jour qui précède le début du stage ou de la session, le congé est réputé accordé.

Art. 4. - Le bénéfice du congé ne peut être refusé que si les nécessités du fonctionnement du service s’y opposent.

Les décisions qui rejettent des demandes de congé de fonctionnaires doivent être communiquées avec leurs motifs à la commission administrative paritaire au cours de la réunion qui suit l’intervention de ces décisions.

Art. 5. - A la fin du stage ou de la session, le centre ou l’institut délivre à chaque agent une attestation constatant l’assiduité. L’intéressé remet cette attestation au chef de service au moment de la reprise des fonctions.

Art. 6. - Sont abrogés :

Le décret n° 62-1225 du 18 octobre 1962 relatif à l’attribution aux fonctionnaires du congé non rémunéré prévu à l’article 36-5° de l’ordonnance du 4 février 1959 ;

Le décret n° 66-588 du 27 juillet 1966 relatif à l’attribution aux agents contractuels et auxiliaires de l’Etat du congé non rémunéré prévu par la loi n° 57-821 du 23 juillet 1957 ;

L’article 12 du décret n° 80-552 du 15 juillet 1980 relatif à la protection sociale des agents non titulaires de l’Etat en tant qu’il concerne le congé pour l’éducation ouvrière.

Art. 7. - Le ministre de l’économie, des finances et du budget, le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la fonction publique et des réformes administratives, et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie, des finances et du budget, chargé du budget, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 15 juin 1984.

PIERRE MAUROY

Par le Premier ministre :

Le ministre de l’économie, des finances et du budget,

JACQUES DELORS

Le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre,

chargé de la fonction publique et des réformes

administratives,

ANICET LE PORS

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie,

des finances et du budget, chargé du budget,

HENRIEMMANUELLI

breaker


breaker


CONGE FORMATION SYNDICALE - FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE
publié le 26 mars 2009

Décret n° 85-552 du 22 mai 1985 modifié relatif à l’attribution aux agents de la fonction publique territoriale du congé pour formation syndicale - (Version consolidée* au 6 mars 1994)

(JO Lois et décrets du 29 mai 1985 page 5961)

Modifié par :

Décret n° 94-191 du 4 mars 1994, JORF du 6, page 3637.

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’intérieur et de la décentralisation,

Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires ;

Vu la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale ;

Le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu,

Décrète :

Art. 1er. - Le congé pour formation syndicale prévu à l’article 57 (7°) de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée ne peut être accordé que pour effectuer un stage ou suivre une session dans l’un des centres ou instituts qui figurent sur une liste arrêtée chaque année par le ministre chargé des collectivités territoriales au vu des propositions du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

Art. 2. (Modifié par décret n° 94-191 du 6 mars 1994, art. 3) - La demande de congé doit être faite par écrit à l’autorité territoriale au moins un mois avant le début du stage ou de la session .

A défaut de réponse expresse au plus tard le quinzième jour qui précède le début du stage ou de la session, le congé est réputé accordé .

Les décisions de rejet sont communiquées à la commission administrative paritaire lors de sa plus prochaine réunion.

Art. 3. - Dans les collectivités ou établissements employant cent agents ou plus, les congés sont accordés dans la limite de 5 p. 100 de l’effectif réel .

Dans tous les cas, le congé n’est accordé que si les nécessités du service le permettent.

Art. 4. - A la fin du stage ou de la session, le centre ou l’institut délivre à chaque agent une attestation constatant l’assiduité.

L’intéressé remet cette attestation à l’autorité territoriale au moment de la reprise des fonctions.

Art. 5. - Le ministre de l’économie, des finances et du budget, le ministre de l’intérieur et de la décentralisation et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’économie, des finances et du budget, chargé du budget et de la consommation, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 22 mai 1985.

LAURENT FABIUS

Par le Premier ministre :

Le ministre de l’intérieur et de la décentralisation,

PIERRE JOXE

breaker


breaker


CONGE SECTEUR PRIVE
publié le 26 mars 2009

Sous-section 3 : Congés de formation économique et sociale et de formation syndicale.

Article L3142-7

Tout salarié qui souhaite participer à des stages ou sessions de formation économique et sociale ou de formation syndicale organisés soit par des centres rattachés à des organisations syndicales de salariés reconnues représentatives sur le niveau national, soit par des instituts spécialisés, a droit, sur sa demande, à un ou plusieurs congés.

Article L3142-8 Modifié par LOI n°2008-789 du 20 août 2008 - art. 17

Le ou les congés de formation économique et sociale et de formation syndicale donnent lieu à une rémunération par les employeurs, dans les entreprises de dix salariés et plus, dans des conditions prévues par voie réglementaire.

Cette rémunération est versée à la fin du mois au cours duquel la session de formation a eu lieu.

Article L3142-9

La durée totale des congés de formation économique et sociale et de formation syndicale pris dans l’année par un salarié ne peut excéder douze jours. Elle ne peut excéder dix-huit jours pour les animateurs des stages et sessions.

La durée de chaque congé ne peut être inférieure à deux jours.

Article L3142-10

Le nombre total de jours de congés susceptibles d’être pris chaque année par l’ensemble des salariés de l’établissement au titre des formations prévues à la présente sous-section ainsi qu’aux articles L. 2325-44 et L. 4614-14 relatifs respectivement à la formation des membres du comité d’entreprise et à la formation des représentants du personnel au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ne peut dépasser un maximum fixé par voie réglementaire compte tenu de l’effectif de l’établissement.

Cet arrêté fixe également, compte tenu de l’effectif de l’établissement, le nombre maximum de jours de congés pouvant être utilisés par les animateurs et par les salariés appelés à exercer des responsabilités syndicales, ainsi que le pourcentage maximum de salariés pouvant être simultanément absents au titre des congés mentionnés au premier alinéa.

Article L3142-11

Les demandeurs d’emploi peuvent participer aux stages de formation économique et sociale et de formation syndicale dans la limite des durées de douze et dix-huit jours par période annuelle prévues pour les salariés.

Les travailleurs involontairement privés d’emploi continuent de bénéficier du revenu de remplacement auquel ils ont droit pendant la durée des stages considérés.

Article L3142-12

La durée du ou des congés de formation économique et sociale et de formation syndicale ne peut être imputée sur celle du congé payé annuel.

Elle est assimilée à une durée de travail effectif pour la détermination de la durée des congés payés, du droit aux prestations d’assurances sociales et aux prestations familiales ainsi que pour l’ensemble des autres droits résultant pour l’intéressé de son contrat de travail.

Article L3142-13

Le congé de formation économique et sociale et de formation syndicale est de droit, sauf dans le cas où l’employeur estime, après avis conforme du comité d’entreprise ou, s’il n’en existe pas, des délégués du personnel, que cette absence pourrait avoir des conséquences préjudiciables à la production et à la bonne marche de l’entreprise.

Le refus du congé par l’employeur est motivé.

En cas de différend, le refus de l’employeur peut être directement contesté devant le bureau de jugement du conseil de prud’hommes dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

Article L3142-14

Les conventions ou accords collectifs de travail peuvent :

1° Contenir des dispositions plus favorables que celles prévues par la présente sous-section, notamment en matière de rémunération ;

2° Préciser les périodes de congé les mieux adaptées aux nécessités de chaque profession ;

3° Fixer les modalités du financement de la formation, destiné à couvrir les frais pédagogiques ainsi que les dépenses d’indemnisation des frais de déplacement et d’hébergement des stagiaires et animateurs ;

4° Définir les procédures amiables permettant de régler les difficultés qui peuvent survenir pour l’application des dispositions qui précèdent ;

5° Prévoir la création de fonds mutualisés en vue d’assurer la rémunération des congés et le financement de la formation.

Des accords d’établissement peuvent fixer la répartition des congés par service ou par catégorie professionnelle.

Article L3142-15

Les conditions d’application des dispositions relatives au congé de formation économique et sociale et de formation syndicale, ainsi qu’au personnel des entreprises publiques énumérées par le décret prévu par l’article L. 2233-1 sont déterminées par décret en Conseil d’Etat.

breaker


breaker


MODALITES DU CONGE DE FORMATION SYNDICALE-SECTEUR PRIVE
publié le 26 mars 2009

Sous-section unique Congés de formation économique et sociale et de formation syndicale

Article R3142-1 Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

Dans les entreprises de dix salariés et plus, l’employeur rémunère les congés de formation économique et sociale et de formation syndicale dans la limite de 0,08 ‰ du montant des salaires payés pendant l’année en cours. Ce montant est entendu au sens du 1 de l’article 231 du code général des impôts relatif à la taxe sur les salaires. Les dépenses correspondantes des entreprises sont déductibles, dans la limite fixée au premier alinéa, du montant de la participation des employeurs au financement de la formation professionnelle continue.

Article R3142-2 Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

La liste des centres et instituts dont les stages et sessions ouvrent droit aux congés de formation économique et sociale et syndicale est établie par arrêté du ministre chargé du travail pris après avis d’une commission placée sous sa présidence et comprenant : 1° Un représentant du ministre chargé de l’éducation nationale ; 2° Un représentant du ministre chargé de l’agriculture ; 3° Deux représentants de chaque organisation syndicale représentative au plan national.

Article R3142-3 Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

Le salarié adresse à l’employeur, au moins trente jours avant le début du congé de formation économique et sociale et de formation syndicale, une demande l’informant de sa volonté de bénéficier de ce congé. Il précise la date et la durée de l’absence sollicitée ainsi que le nom de l’organisme responsable du stage ou de la session.

Article R3142-4 Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

Le refus du congé de formation économique et sociale et de formation syndicale par l’employeur est notifié à l’intéressé dans un délai de huit jours à compter de la réception de sa demande. En cas de différend, le bureau de jugement du conseil de prud’hommes saisi en application de l’article L. 3142-13 statue en dernier ressort, selon les formes applicables au référé.

Article R3142-5 Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

L’organisme chargé des stages ou sessions délivre au salarié une attestation constatant la fréquentation effective de celui-ci. Cette attestation est remise à l’employeur au moment de la reprise du travail.

breaker


breaker


image
 Prochaines fermetures de la bibliothèque
Fermetures ponctuelles La bibliothèque sera fermée les mardi 21 (...)

 Demi-journée d’information "Quels changements après les ordonnances réformant le code du travail ?" - Epinal
Madame, Monsieur L’Institut du travail de Strasbourg, en (...)

 Demi-journée d’information "Quels changements après les ordonnances réformant le code du travail ?" - Châlons-en-Champagne
Madame, Monsieur L’Institut du travail de Strasbourg, en (...)

image